Quand le dollar s’effondrera

L’économiste russe Alexandre Aïvazov se fonde sur la théorie des cycles de Kondratiev pour prévoir l’effondrement de l’économie américaine aux alentours de 2014 et le transfert du leadership mondial vers la Chine. Le présent texte est une synthèse et une traduction des temps forts du livre d’Aïvazov « Quand le dollar s’effondrera » (articles écrits entre 2008 et 2012), ne prétendant pas restituer toutes les subtilités de sa pensée.

KONDRATIEV

Lire la suite

7 Commentaires

Classé dans Géopolitique

Смерть в Москве

Именно в России я впервые увидел труп. Это было в церкви, очень старая женщина лежала в гробу перед похоронами, которые видимо должны были пройти на следующий день. Что меня тогда поразило, это атмосфера нормальности, окружавшая покойную. Все в церкви источало спокойствие, покой и смирение перед лицом этого закономерного исхода.

Второй труп, он тоже был в России. Мы вышли несколько навеселе из модного московского бара, расположенного на Чистопрудном бульваре, сели в «дикое такси». Мы ехали по извилистым улочкам и вдруг фары нашего автомобиля осветили странную сцену на углу двух улиц: двое полицейских о чем–то рассуждали в потемках около машины, казалось, они чего-то ждали. Из багажника небрежно торчала рука, неподвижная и белесая. Хмель и, возможно, удивление, сделали так, что я до сих пор помню эту сцену, но в ней не было никакого драматизма, это было зрелище, почти нормальное, более анекдотичное, чем страшное.

С тех пор я видел несколько трупов, и никогда это зрелище не было по-настоящему мучительным. Зато я был потрясен терактами в московском метро. Я был на станции «Парк Культуры» на «кольце» (кольцевой линии), когда произошел взрыв на соседней, красной, линии. Несмотря на окружающую неразбериху, я смог понять, что террорист-смертник подорвал себя за несколько минут перед тем, как я вышел из вагона.

Когда я худо-бедно выбрался из переполненной, как никогда, станции, спасатели еще не прибыли, только что была объявлена тревога. Незримое присутствие смерти в нескольких метрах от меня, a posteriori, больше мобилизовало мое воображение, чем вид трупов, совершенно реальных. Я рассказал в уже давнишней статье, насколько этот момент скрепил соединение моей индивидуальной судьбы и «коллективной массы», которая с тех пор не перестает очаровывать меня: русским народом.

Все эти подробности не нацелены на то, чтобы представить отталкивающий образ России или же поддержать негативные стереотипы об этой стране. По-прежнему уровень смертности высок, о чем свидетельствует официальная статистика: в России ежегодно оплакивают более 30.000 смертей на дорогах, 500.000 смертей, вызванных алкоголем, десятки тысяч смертей, связанных с токсикоманией, тысячи людей, тонущих каждое лето.

Смерть явная, осязаемая, влияет на мысли человека и его мировоззрение. В этой ситуации с трудом можно избежать сравнения с Западом, где повсеместный «принцип предосторожности» отражает то огромное значение, которое придается жизни. Курение, питание (знаменитые «пять фруктов и овощей в день»), скорость на дороге: западные страны проводят все более навязчивую (и дающую результат) политику, направленную на защиту жизни индивидуума в ее специфичности, ее уникальности.

Гипер-защищенные, западные общества поместили жизнь в скорлупу и постепенно вытеснили смерть из социальной сферы. К сожалению, как и во всем, только середина является золотой. Обходя тот факт, что смерть является естественным концом жизни, создав настоящую оболочку вокруг человека, Запад парадоксальным образом лишил граждан любой возможности подготовиться к загробной жизни, осознать свою конечность. Это мешает ясному пониманию того, что жизнь не является самоцелью только на индивидуальном уровне: мы «есть» равно как семья и как народ, сферы реализации существования отодвинуты на периферию коллективного сознания.

Демонтаж христианской религии на Западе, фундаментальное начинание по установлению нового нравственного порядка, также нацелен на то, чтобы заключить индивидуальное существование в роскошь, в непосредственность, воспрепятствовать более глобальному осознанию. Человека-индивидуума, кажется, окончательно вытеснил человек-животное. Это составляет, как мне кажется, разницу в весе между Россией и Западной Европой, доказывает то, что «Запад» скрывает совершенно определенные реальности на психологическом уровне.

Разумеется, речь здесь не идет о качественном сравнении России и Запада, двух пространств с различной исторической логикой. Россияне, однако, зачарованы существующим на Западе уровнем защиты человека, что является одной из основных причин, которую называют потенциальные мигранты. «Здесь мрут как мухи, смерть является неотъемлемой частью повседневной жизни, поэтому я хочу дать своим детям возможность жить в обществе с более уважительным отношением к человеку», постоянно слышим мы. Кто сможет бросить в них камень?

Россия находится на грани новой эры в своем отношении к жизни. Страна, разумеется, выбралась из 1990-х годов, когда насильственная смерть было ежедневной перспективой, то, что людям на западе трудно осознать. Однако страна, похоже, в последнее время пытается сделать следующий шаг: обрести уверенность в жизни, оценить ее. Эволюция образа жизни, возможность сравнения с тем, что происходит на западе, постепенно изменяет сознание и трансформирует российское общество. Протесты частично связаны с этим новым психологическим фактором. Россияне больше не хотят выживать: они хотят жить.

Как всегда, я не желаю россиянам копировать гипотетическую «западную модель». Западное отношение к жизни, характеризующееся, по моему мнению, вопиющим сползанием в «принцип предосторожности», в конце концов отучает людей от риска, вселяя в них нематериальный и постоянный страх негативных последствий. Что бы мы не думали о многочисленных случаях ипохондрии, тревоги и неврозов, чрезмерном потребление транквилизаторов, частично они проистекают из табу, окружающих конечность существования человека.

Хотел бы закончить конкретным примером. Один мой друг недавно приезжал ко мне в Москву. Он приехал прямо из чистенького города, богатого и безопасного, где его существование пронизывало множество трудностей и тревог, не имевших очевидных причин. В первый же вечер, приехав ко мне, он смотрел на мчавшиеся с головокружительной скоростью автомобили и сразу же почувствовал атмосферу менее безопасную, чем в его родном городе; и, как ни парадоксально, он сразу же ощутил себя в Москве комфортно.

Он ощутил в этом мегаполисе, который часто описывается серым и угрюмым городом, глубокое ощущение благополучия и свободы. Настолько, что он решил приехать сюда жить.

Спасибо Вере за перевод

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Mort à Moscou

C’est en Russie que j’ai vu un cadavre pour la première fois. C’était dans une église, une très vieille femme était exposée dans son linceul avant l’enterrement, qui devait visiblement avoir lieu le lendemain. Ce qui m’a alors frappé, c’est l’atmosphère de normalité qui entourait la défunte. Tout dans l’église exhalait tranquillité, paix et résignation face à ce dénouement logique.

Le deuxième cadavre, c’était aussi en Russie. Nous sortions un peu éméchés d’un bar branché de Moscou, situé derrière l’avenue Tchistié Proudy, et nous venions de nous asseoir dans un « taxi sauvage ». Nous naviguions dans les rues sinueuses quand tout à coup les phares de notre véhicule ont éclairé une scène étrange à l’angle de deux rues: deux policiers dissertaient dans le clair-obscur autour d’une voiture, ils semblaient attendre quelque chose. Du coffre, un bras immobile et blanchâtre dépassait négligemment. L’ivresse, la surprise peut-être, ont fait que je vois encore cette scène, mais qu’elle ne comportait aucun dramatisme, c’était un spectacle quasi-normal, plus anecdotique qu’effrayant.

J’ai vu plusieurs cadavres depuis, et jamais cette vision ne m’a semblée vraiment traumatisante. En revanche, j’ai été frappé par les attentats du métro de Moscou. Je me trouvais dans la station Park Koultoury sur le « koltso » (ligne circulaire) quand une explosion a eu lieu sur la ligne d’à côté, la rouge. Malgré la confusion ambiante j’ai pu déterminer par la suite que la kamikaze s’était faite exploser quelques minutes avant que je sorte de mon wagon. Quand je me suis extrait tant bien que mal de la station, bondée comme jamais, les secours n’étaient pas encore arrivés, l’alerte venait à peine d’être donnée. La présence invisible de la mort à quelques mètres de là a, a posteriori, plus mobilisé mon imagination que la vue de cadavres, eux bien réels. J’ai raconté dans un texte déjà ancien comment ce moment avait scellé la fusion entre mon destin individuel et une « masse collective » qui n’a depuis cessé de me fasciner: le peuple russe.

Tous ces éléments ne visent pas à dresser un tableau repoussant de la Russie, ou à nourrir des clichés négatifs sur ce pays. Toujours est-il que la mortalité y est élevée, comme l’attestent les statistiques officielles: on déplore en Russie plus de 30.000 morts par ans sur les routes, 500.000 décès liés à l’alcool chaque année, des dizaines de milliers de décès liés à la toxicomanie, et des noyades par milliers chaque été.

La mort présente, palpable, ne manque pas d’avoir des conséquences sur la réflexion d’une personne et sa vision du monde. Cette situation peut difficilement échapper à la comparaison avec l’occident, où le « principe de précaution » omniprésent traduit l’importance immense conférée à la vie. Tabagisme, alimentation (les fameux « cinq fruits et légumes par jour »), vitesse sur la route: les Etats occidentaux appliquent une politique de plus en plus intrusive (et rentable) axée sur la protection de la vie de l’individu dans sa spécificité, son caractère unique.

Hyper-protectrices, les sociétés occidentales ont mis la vie dans un cocon et peu à peu évincé la mort de la sphère sociale. Malheureusement, comme dans toute chose, le juste milieu est d’or. En éludant le fait que la mort était l’aboutissement naturel de la vie, en créant une véritable bulle autour de l’individu, l’Occident a paradoxalement privé les citoyens de toute possibilité de se préparer à l’au-delà, de prendre conscience de leur finitude. Ceci empêche les gens de réaliser que la vie n’est pas une fin en soi exclusivement à l’échelle individuelle: nous « sommes » également en tant que famille et en tant que peuple, des sphères de réalisation de l’existence reléguées en périphérie de la conscience collective.

Le démantèlement en règle de la religion chrétienne à l’Ouest, entreprise fondamentale de l’instauration d’un nouvel ordre moral, vise également à enfermer l’existence individuelle dans le superflu, dans l’immédiateté, en empêchant une prise de conscience plus globale. L’homme-individu semble avoir définitivement supplanté l’homme-animal charnel. Ceci constitue, il me semble, une différence de poids entre la Russie et l’Europe occidentale, ce qui prouve en outre que l' »Occident » recouvre des réalités bien précises au niveau psychologique.

Il ne s’agit évidemment pas ici de comparer qualitativement Russie et Occident, deux espaces parcourus par des logiques historiques distinctes. Les Russes sont néanmoins fascinés par le niveau de protection de l’individu qui a cours en Occident, ce qui constitue un des principaux motifs cités par les candidats à l’émigration. « Ici, on meurt à la pelle, la mort fait partie intégrante de la vie de tous les jours, alors je veux donner une chance à mes enfants de vivre dans une société plus respectueuse de l’homme », entend-on régulièrement. Qui pourrait leur jeter la pierre?

La Russie se trouve pourtant à l’orée d’une nouvelle époque dans son rapport à la vie. Le pays est certes sorti des années 1990, durant lesquelles la mort violente était une perspective quotidienne, chose dont les occidentaux ont du mal à prendre conscience. Pourtant, le pays semble chercher dernièrement à franchir une nouvelle étape: acquérir confiance dans la vie, estimer cette dernière. L’évolution des modes de vie, la capacité à comparer avec ce qui se passe plus à l’ouest a peu à peu modifié les consciences, et transformé la société russe. Les manifestations sont en partie liées à ce facteur psychologique nouveau. Les Russes ne veulent plus survivre: ils veulent vivre.

Comme toujours, je ne souhaite pas aux Russes de copier un hypothétique « modèle occidental ». Son rapport à la vie, caractérisé selon moi par une dérive flagrante du « principe de précaution », a fini par rendre les gens allergiques au risque, leur inculquant une peur immatérielle et permanente aux conséquences perverses. Que l’on songe aux nombreux cas d’hypochondrie, d’angoisse et de névrose, à la surconsommation de tranquillisants, qui découlent en partie du tabou entourant la finitude humaine.

Je terminerai avec un exemple concret. Un de mes amis français est venu me voir récemment à Moscou. Il arrivait tout droit d’une ville proprette, riche et sécurisée, où il souffre de nombreuses angoisses, d’un mal-être sans cause apparente qui imprègne son existence. Arrivé près de chez moi le premier soir, il a contemplé les voitures roulant à tombeau ouvert un moment, et ressenti d’emblée une ambiance moins sécurisée que son lieu d’origine; paradoxalement, il s’est immédiatement senti à l’aise dans cette ville.

Il venait d’éprouver, dans cette mégapole souvent décrite comme une ville grise et morose, une profonde sensation de bien-être et de liberté. A tel point qu’il a décidé de venir y vivre.

2 Commentaires

Classé dans Russie

Notre reflet miniature et mouvant

Un texte du romancier russe contemporain Zakhar Prilepine sur l’éducation des enfants. Traduction © Hugo Natowicz

La maîtresse me dit: votre fils est le seul de la classe à ne pas dire des grossièretés. Tous jurent, même les filles, et lui non.

Ce alors que dans ma voiture je mets tout le temps du rap russe mâtiné d’un lexique vulgaire, et que même moi,  je m’autorise de temps à autre à en employer. Ma femme, jamais. Quinze ans que je vis avec elle, et pas une grossièreté de sa part.

J’attrape mon fils par la manche: et alors, pourquoi tu ne dis pas de jurons?

Il me dit: c’est pas intéressant.

Ce qui l’intéresse, c’est être différent des autres.

Je lui ai acheté un beau portable, quand il étudiait en cinquième, tous en avaient un, lui non. Pendant un mois il l’a emmené avec lui, puis il l’a mis au placard. Ca ne l’intéressait pas. Tout le monde a un portable. Je sais même ce qu’ils se montrent dans ces fameux portables, les gamins de quatrième.

Parfois, être différent c’est la norme. Et l’effort d’être comme les autres est précisément anormal.

Dès qu’on parle de l’éducation des enfants, on a immédiatement envie de dire des choses banales, ennuyeuses à s’en décrocher la mâchoire, des choses que tout le monde connaît. Mais nous allons quand même les dire, parce que ce qui nous manque à coup sûr, ce sont des normes oubliées depuis belle lurette.

En revanche, des choses anormales sont constamment présentées comme des normes absolues.

On nous dit qu’il n’y a rien de dramatique à ce qu’un enfant vive dans une famille incomplète, que l’institut de la famille est à bout de souffle, et qu’il est mieux que l’enfant vive avec une maman, débarrassé une fois pour toutes d’un père dégénéré (où dans certains cas avec son papa, sans voir sa mère hystérique).

Certes, dans notre monde varié on trouvera toujours des dégénérés complets et des hystériques totales, mais les adultes savent bien qu’à certains moments de la vie, nous risquons tous de tomber dans ces catégories. La statistique selon laquelle en Russie 8 mariages sur 10 s’effondrent en témoigne. Le plus souvent, les gens qui divorcent sont mécontents de l’état psychique de leur conjoint.

Nous présentons prudemment au lecteur une autre conclusion paradoxale: un enfant doit être élevé par une maman et un papa. (Il est souhaitable que la maman et le papa soient de sexe différent. Que le papa, par exemple, soit un homme, et la maman, disons, une femme).

Oui, oui, oui, moi aussi j’ai plein d’amis et de connaissances, j’ai moi aussi des dizaines de cas à raconter où une mère a élevé seule deux ou trois merveilleux enfants, alors que des familles complètes élèvent de petits crétins.

Mais aucun exemple et cas particuliers ne peuvent annuler des choses évidentes, avérées par des siècles, et même des millénaires: un enfant a besoin d’un père et d’une mère. Un petit garçon a besoin d’un exemple paternel, et de la tendresse d’une mère. Une petite fille a besoin d’un exemple maternel, et de la tendresse d’un père. Les gens en manque d’amour dans leur enfance recherchent cette tendresse toute leur vie – et généralement ils ne la trouvent pas. Le vide éprouvé pendant l’enfance ne peut être comblé par aucune des joies de la vie d’adulte. La douleur ressentie dans l’enfance est résistante à tous les antibiotiques d’adulte.

Si vous avez des enfants, supportez-vous tant que vous en avez la force. De toute façon, les enfants vont grandir – divorcez alors tant que vous voudrez, la vie est longue, on peut se marier cinq fois (le résultat sera de toute façon toujours le même).

Une meilleure éducation que l’exemple parental, personne ne l’a inventée, et ça ne peut pas exister. La façon dont les parents se comportent l’un envers l’autre, envers leurs propres parents, leurs amis et le monde qui les entoure, détermine la façon dont les enfants se comportent.

Votre garçonnet insulte ses petites camarades de classe? Votre fille hurle des jurons à l’encontre de ses amis? Vos enfants ne lisent jamais?

D’où ca peut bien sortir, je me demande. Peut-être que vous avez des suggestions?

Les enfants parlent la langue dans laquelle communiquent leurs parents. Si le parent dit qu’il ne lit jamais, parce qu’il a tout lu à l’école, vous pouvez être sûr qu’il n’a rien lu à l’école. Quand je vois le camarade de mon fils, qui a écrit sur son front qu’il est le roi des rois, s’asseoir affalé en écartant les jambes comme s’il avait certaines parties boursouflées, je sais d’où ca sort. Son papa est gros et s’assoit comme ça lors des réunions de parents d’élèves, en regardant de tous les côtés.

Dans certains cas les parents ne reconnaissent plus leurs enfants quand, comme on dit, ils travaillent du matin au soir. Dans ce cas, l’enfant ne côtoie que la télévision et Internet.

Et si on appelait les choses par leur nom? La télévision est un vecteur de grossièretés. L’Internet, il faut savoir s’en servir, pour ne pas tomber constamment sur les mêmes saletés, ce que même les adultes ont du mal à faire.

Alors si vous êtes inquiets pour vos enfants, éteignez la télé, cassez l’antenne. L’ordinateur ne doit pas fonctionner plus d’une heure par jour. Le portable…. Je ne sais pas, on dit qu’il est indispensable. Moi par exemple, je dirige deux rédactions, j’ai des dizaines de réunions tous les mois, je parcours le monde entier, et pourtant mon téléphone est généralement éteint. Je n’en ai pas besoin. Bizarrement, un de mes fils sait que ce truc peut ne pas être nécessaire.

Si vous avez un enfant encore petit et que vous ne l’avez pas encore perdu, il faut qu’à la maison il y ait des livres, de la peinture, des legos. Il va aller vers la télé, il appuiera sur le bouton, mais ca ne marchera pas. Il approche de l’ordinateur, mais la aussi rien ne fonctionne. Alors l’enfant refera un tour dans l’appartement et s’occupera avec autre chose.

Et pas la peine de s’inquiéter en pensant que votre enfant sera dans ce cas asocial.

Les enfants sociables, ce sont ceux dont le cerveau fonctionne!

Vous ne me croirez peut-être pas, mais pas une seule personne n’est devenue plus intelligente en regardant des programmes télévisés, des études comparées sur Internet et des études sur téléphone portable.

Nous autres adultes, on ne nous corrigera pas. Alors donnons aux enfants une chance de devenir non pas comme nous, mais meilleurs que nous.

====================================

Qui est Zakhar Prilepine? (Wikipedia)

Zakhar Prilepine, est le fils d’un professeur et d’une infirmière russes. Il termine la faculté philologique (linguistique) de l’Université d’État de Nijni Novgorod. Il est commandant dans le service des OMON et prend part à des combats en Tchétchénie entre 1996 et 1999.

Les premières œuvres de Prilepine sont publiées en 2003 dans le journal Den’ Literatouri (Jour de la Littérature). Ensuite ses œuvres paraissent dans différents journaux, notamment dans Literatournaïa Gazeta (le journal littéraire), Limonka (le journal du Parti National-Bolchevik), Na Kraïou (En bordure), Gueneralnaïa Linia (Ligne générale), mais aussi dans les magazines Sever (Le Nord), Droujba Narodov (Amitié des peuples), Roman-gazeta (Roman-journal), Novyi Mir (le Nouveau monde). Il a été le rédacteur principal de l’organe de presse du Parti National-Bolchevik de Nijni Novgorod Narodnyi Nablioudatel’ (l’Observateur du Peuple). Il a participé au séminaire des jeunes auteurs Moscou-Peredelkino en février 2004 et aux IV, V et VI Forums des jeunes auteurs de Russie à Moscou.

Prilepine est l’un des dirigeants de l’antenne régionale du Parti National-Bolchevik de Nijni Novgorod et prend part à de nombreuses actions. Il a notamment participé à la Marche des Mécontents qui a eu lieu le 24 mars 2007 à Nijni Novgorod, ce qui lui a valu d’être arrêté comme de nombreux activistes de la coalition L’Autre Russie. Il est également le principal rédacteur de la section régionale de Nijni Novgorod de l’Agence des nouvelles politiques.

Il est marié et a trois enfants.

=====================

Original http://svpressa.ru/society/article/57115/

2 Commentaires

Classé dans Culture, Russie

Tatarstan: vers le « scénario caucasien »?

A la veille du mois de Ramadan, un double attentat a frappé la république russe du Tatarstan, un territoire majoritairement musulman situé sur la Volga. Ildous Faïzov, le Grand mufti de la république, a été blessé jeudi dans l’explosion de sa voiture, dont il a miraculeusement eu le temps de s’extraire. Certaines sources indiquent qu’il aurait été éjecté du véhicule par la puissante déflagration. Grièvement blessé, il a été hospitalisé.

L’adjoint du mufti, Valioulla Iakoupov, a quant à lui été tué par balles jeudi plus tôt dans la journée, dans une attaque distincte. Alors qu’il quittait son domicile pour se rendre dans son véhicule, un malfaiteur lui a tiré six balles dans le corps. Il est décédé sur le chemin de l’hôpital.

Les forces de sécurité de la république ont immédiatement été mises en état d’alerte, renforçant les contrôles dans les infrastructures de transport et autour des mosquées. Le président russe Vladimir Poutine a pour sa part déclaré que « les forces de l’ordre mettraient tout en œuvre pour que les auteurs de ces crimes soient punis ». De son côté, la police de la république reste prudente, se contentant de constater qu' »il ne s’agit pas d’un accident ».

Roustam Minnikhanov, le président de cette république, a été un peu plus disert. « Les dirigeants de la direction spirituelle (du Tatarstan, ndlr) menaient une politique caractérisée par un islam traditionnel. Il est clair qu’il existe d’autres tendances, et ce qui est survenu aujourd’hui est clairement un défi. Notre position doit être plus ferme. L’islam traditionnel n’a jamais autorisé de telles choses, d’autant plus que ce crime a touché des personnes qui elles-mêmes servent l’islam », a-t-il indiqué.

Le Tatarstan, région tiraillée

Dans la bouche du chef de la république, l’expression « islam traditionnel » correspond à l’idée d' »islam modéré », par opposition à un islam rigoriste, ou intégriste. Un « islam de Russie » enraciné, en quelque sorte, par analogie à l' »islam de France » que les dirigeants de l’Hexagone cherchent tant bien que mal à faire émerger. Toutefois, comparaison n’est pas raison: le contexte tatar appelle quelques précisions.

Le Tatarstan, région russe composée à environ 43% de Musulmans et 38% de Russes (sans compter 115 autres ethnies), était jusqu’à une date récente caractérisé par sa concorde confessionnelle, les attentats y étant inexistants et la stabilité politique importante. C’est une région eurasiatique très dynamique, à la pointe en matière d’innovation, dont l’ancien président Mintimer Chaïmiev était partisan d’un « islam européen ».

L’histoire complexe des relations entre Russes et Tatars a été une dynamique fondatrice de la constitution de l’Empire russe. Pour la résumer brièvement, il convient de rappeler que le « joug tatar » a pesé sur la Russie depuis la prise de Riazan en 1237 jusqu’à la fin du XVe siècle. La région étant un point de passage stratégique en direction de la Sibérie, Ivan le Terrible reprendra Kazan et le khanat tombera en 1552. L’histoire des peuples russe et tatar est entremêlée, comme en témoigne durant la période récente l’importante présence de Tatars à Moscou. Le Tatarstan étant une région constitutive de la Fédération, il ne peut être question d’évoquer, comme c’est le cas en France, l’idée d’une « intégration » de l’islam en Russie, s’agissant d’une religion autochtone.

Situé dans l’Oural et traversé par la Volga, le Tatarstan ne doit en outre pas être assimilé aux tendances qui agitent le Caucase. Le conflit qui a marqué la Tchétchénie, ou encore les violences qui ont longtemps déstabilisé les républiques d’Ingouchie et du Daghestan, se caractérisent par la superposition d’une organisation clanique de la société et de dynamiques mafieuses, le tout agrégé autour de l’islam radical.

L' »islam traditionnel » qui domine au Tatarstan constitue un modèle discret d’entente confessionnelle. Il est pourtant déstabilisé et concurrencé depuis quelques années par les tenants d’un islam radical et supranational, qui a largement pénétré le territoire russe à la faveur des conflits qui ont ensanglanté le Caucase russe. Selon le chef du Centre de la Volga pour les études régionales et ethno-religieuses Raïs Souleïmanov, c’est le « scénario caucasien qui fait son entrée au Tatarstan » avec cet attentat. « Aussi bien Ildous Faïzov que Valioulla Iakoupov étaient les représentants d’un islam modéré, ils irritaient fortement les wahhabites qui montent en puissance dans la république. Les autorités locales, qui ont longtemps tergiversé avec les extrémistes et fermé les yeux sur leurs agissements, sont responsables du fait que ces derniers aient osé perpétrer de tels actes », a-t-il déclaré dans une interview au quotidien Moskovskie Novosti.

Comme dans une grande partie monde islamique, l’islam autochtone et traditionnel entre au Tatarstan dans une lutte de plus en plus acharnée contre les tendances radicales. Selon le premier président adjoint de la Direction spirituelle des musulmans de la partie européenne de la Russie (DOuMER) Damir-khazrat Moukhetdinov, la lutte « ferme et déterminée » du mufti et de son adjoint contre les radicaux, menée sous le slogan de la « déwahhabisation du clergé musulman », a provoqué des tensions au sein de la communauté musulmane, contrastant avec la politique plus modérée du prédécesseur de M. Faïzov.

Suite aux tensions qui parcourent la république, il convient d’espérer que les autorités, aussi bien nationales que locales, pèseront de tout leur poids en faveur de ceux qui, au péril de leur vie, tentent de défendre un « islam européen » et la concorde confessionnelle de la république russe du Tatarstan.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

La révolution incolore

Plusieurs années passées à l’est, dans une Russie parcourue par des dynamiques historiques différentes de celles qui prévalent en Occident, offrent une distance nécessaire face aux phénomènes silencieux qui commencent à bouleverser la France, et permettent de s’extraire du débat extrêmement tendu qui ne désenfle pas dans ce pays.

La France n’est pas un pays comme les autres. Historiquement, elle donne le ton et génère les tendances qui parcourent ensuite l’ensemble du continent. Centre de gravité européen, les courants nés en son sein suscitent des remous capables de parcourir pendant des siècles les pays d’Europe. L’Hexagone concentre des crises interconnectées affectant trois domaines majeurs: politique, économique et identitaire. Tout indique que le point de non-retour est en train d’être atteint dans ces trois sphères. L’entrée en résonnance de ces tendances pourrait déclencher des bouleversements majeurs pour le reste du monde.

L’élection en 2012 d’un président parfois qualifié de « transparent », qui a lui-même dressé la longue liste de ce qu’il ne ferait pas une fois au pouvoir (« Moi, président« ), est un signal fort, ultime étape de la résignation du peuple français face à l’avenir incertain de son destin national. Contrairement à son prédécesseur, dont l’agitation visait à masquer l’impuissance politique, le nouveau président français ne lutte plus contre la limitation structurelle de son rôle: il accompagnera l’amenuisement de la souveraineté du pays.

La résignation d’un nombre croissant de Français, que traduit notamment le phénomène de l’abstention électorale, n’est pas née de rien. Au niveau politique, la France parachève le processus de renoncement à sa souveraineté au profit d’entités supranationales, notamment dans le cadre de l’UE. Vaste processus entamé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, l’histoire de la deuxième moitié du XXe siècle et du début du XXIe siècle est celle du transfert du pouvoir des peuples vers les institutions européennes. Un dessein louable visant à protéger le monde de la violence des peuples, violence qui a marqué au fer rouge l’histoire du siècle passé.

En finir à jamais avec le choc franco-allemand et ses terribles conséquences impliquait d’ôter aux nations la possibilité de se faire la guerre: ce dépassement historique s’est fait « contre » les volontés nationales, en imposant aux nations l’idée d’une intégration politique et économique de l’ensemble européen. Un amenuisement de la souveraineté des peuples mû par une idée noble, mais qui a débouché sur une confiscation en règle de la démocratie, comme l’indiquent la réduction a minima des consultations populaires sur l’avenir de l’Europe, et la violation de leur résultat s’il s’avère en contradiction avec les attentes de Bruxelles.

C’est là que la gravissime crise de la zone euro entre en jeu. Pour sortir du piège de la dette, les Etats sont désormais sommés de mettre en place une austérité drastique, impensable sans gouvernance politique commune. L’objectif est de niveler les divergences politiques qui morcellent la zone euro, divergences naturelles dans un espace historiquement hétérogène. Grâce à plus de fédéralisme, l’UE compte fixer les mesures économiques d’austérité censées résoudre la crise, en laissant aux Etats le soin de maintenir l’ordre public via la police. Cette étape, pas crucial vers l’intégration politique, est risquée: elle exige de vaincre les dernières tendances s’opposant à la « verticale de Bruxelles » (en référence à la « verticale du pouvoir », qui désigne en Russie le strict contrôle, budgétaire notamment, du centre sur les régions).

Ces résistances, quelles sont-elles? Politiquement, elles sont principalement incarnées par les partisans d’une Europe fondée sur les peuples et nations, qui souhaitent rendre à l’Etat des prérogatives telles que le contrôle des frontières, le droit de battre monnaie et le contrôle de la Banque centrale (désormais abolies). Mais au-delà des abstractions politiques, elles reposent sur le sentiment largement répandu parmi les Européens de voir disparaître les fondements mêmes de leur identité. Ceci amène à la troisième crise: la crise de la conscience nationale, du « nous » de la communauté française.

L’analyse des bouleversements démographiques est de rigueur quand on évoque la Russie, et que l’on cherche à envisager les conséquences géopolitiques possibles du dépeuplement de ce pays. Les analystes se montrent cependant moins audacieux quand il s’agit de recourir à cet outil pour prévoir les évolutions de l’Europe de l’Ouest. Du nord au sud de la France, les crispations augmentent pourtant à mesure que le paysage change. L’après-guerre s’est caractérisée par des décennies d’une immigration de peuplement extra-européenne qui a excédé les capacités d’assimilation du pays, phénomène qui s’accentue durant la période récente. Un cocktail mêlant forte immigration et affaissement de la nation, dans la logique du renoncement à la souveraineté décrit plus haut.

Toute tentative d’aborder ce phénomène se heurte au « dogme multiculturel », une lecture du phénomène de l’immigration, abondamment relayée dans les médias notamment, qui accepte, voire prône une fragmentation du corps social en communautés vivant selon leurs propres règles (« adaptons-nous à une nouvelle réalité »), et somme les autochtones de renoncer à leurs traditions au nom du vivre-ensemble. L’exigence d’intégration est de plus en plus souvent perçue comme une sorte de dérive autoritaire. Le mal-être d’une partie de la population confrontée à ce phénomène est qualifié de « fantasme », parfois instrumentalisé à des fins électorales, parfois tout bonnement ignoré.

Hissée au rang de tabou, la politique migratoire, comme le projet européen, a peu à peu échappé au champ d’application de la démocratie la plus élémentaire. Il n’est dès lors pas étonnant qu’un nombre croissant de citoyens, dessaisis de tout droit de regard sur des thèmes cruciaux, se murent dans la résignation, d’autres rejetant le système ou se tournant vers les théories du complot. Le déficit démocratique qui caractérise l’Europe technocratique actuelle est dans une large mesure responsable du soupçon qui hante le continent.

Comme l’indique l’émergence d’un vote ethnique (voir également cette analyse) lors de la dernière présidentielle, le rapport de forces démographique est désormais mûr pour un basculement vers une France communautarisée. Contrairement au mandat de Sarkozy, qui masquait derrière un discours de fermeté son inaction dans le domaine migratoire, l’arrivée des socialistes laisse penser que cette transition vers une « autre France » se fera de façon volontaire. Un premier pas historique est le projet visant à donner le droit de vote aux étrangers, au niveau local dans un premier temps, ce qui aurait rapidement des conséquences à tous les niveaux de l’Etat. Une démarche qui, loin de résoudre les problèmes, a toutes les chances d’approfondir les réflexes xénophobes et le repli sur soi de communautés que plus aucune idée supérieure ne reliera.

Comme dans le domaine économique, où la crise est utilisée pour donner lieu à plus de fédéralisme, le schisme de la conscience française risque de servir de prétexte à une nouvelle fuite en avant, à un démantèlement en règle de l’idée de nation telle qu’on la connaissait jusqu’à présent (caractère central d’un peuple et de sa culture au sein d’un territoire). La France, et avec elle les pays d’Europe, est à la croisée des chemins. Une bataille douloureuse est sur le point d’éclater. La bataille contre les derniers bastions de résistance au déracinement de la souveraineté économique, politique, et culturelle.

Un grand saut par-delà l’idée de nation aux conséquences encore imprévisibles.

Poster un commentaire

Classé dans Non classé

Russie: en route vers la démocratie électronique?

En Russie, le projet de « démocratie électronique », qui prévoit l’examen par le parlement des propositions soutenues par au moins 100.000 internautes, va prochainement subir un test crucial.

La « démocratie électronique » est-elle en route? Il semblerait dans tous les cas que cette innovation politique soit sur le point de franchir un cap important. Idée déconcertante dans un pays présenté comme un mauvais élève en matière de démocratie, l’initiative a été peu commentée dans la presse occidentale.

Le concept a de quoi surprendre. Le développement de l' »e-démocratie » faisait partie des promesses de campagne de Vladimir Poutine, thème auquel il a consacré un article-programme intitulé « La démocratie et la qualité de l’Etat ». Encore premier ministre, M.Poutine se proposait de réimpliquer les citoyens dans la politique et la vie de l’Etat en utilisant les acquis du « siècle de l’information ».

Parmi ses promesses phare, M. Poutine s’engageait à ce que toute initiative ayant reçu le soutien de plus de 100.000 internautes enregistrés sur la toile soit soumise au parlement russe. A titre de comparaison, en France, le peuple ne dispose d’aucun mécanisme permettant, à la suite d’une pétition, de soumettre une initiative de loi au parlement.

Ce mécanisme, qui instaurerait un canal de communication direct entre la base et le sommet de l’Etat, est sur le point de subir son premier test. Dans le viseur des internautes, un document honni des automobilistes, « communauté » très active socialement en Russie: la procuration (doverennost’), papier rempli à la main par le propriétaire d’un véhicule pour permettre à une autre personne de le conduire.

Instauré sous l’URSS, le document ne correspond plus aux objectifs fixés lors de sa création. Dans la mesure où il n’est obligatoire de le certifier par un notaire, il est devenu presque impossible pour les inspecteurs de la police de la route d’en vérifier l’authenticité. En revanche, la procuration complique la vie des automobilistes et peut être utilisée par un policier de la route malveillant pour faire des complications au conducteur ayant oublié ou perdu le sésame.

Le site probok.net, à la source de l’initiative visant à mettre fin à cette formalité désuète, compte rassembler les signatures nécessaires en quelques semaines. Ensuite, la proposition suivra le circuit prévu: elle sera dans un premier temps examinée par le gouvernement, puis par les ministères concernés, qui joueront le rôle de filtre. Si elle ne génère pas d’objections catégoriques de la part de ces derniers, elle sera soumise au Parlement russe comme un projet de loi en vue de son élaboration.

En réalité, le débat politique autour de la procuration surgit régulièrement à la Douma, comme en avril 2012, mais jamais les différentes instances du pouvoir ne sont parvenues à surmonter leurs divergences. L’annulation de ce document est soutenue en haut lieu: l’Inspection automobile est favorable à l’initiative. Du côté des opposants au projet, le ministère de la Justice invoque une incompatibilité avec le Code civil. La pression imposée par la « base » pourrait permettre de débloquer la situation, créant un précédent dans la vie politique russe.

Retour vers la base

Le contexte d’apparition de la « démocratie électronique » mérite qu’on s’y attarde. Celle-ci intervient dans un climat de contestation du pouvoir, des manifestations sporadiques ponctuant la vie politique russe depuis plus de six mois. Conscients de l’existence d’une méfiance croissante entre la société russe et leurs instances dirigeantes, les autorités russes ont multiplié les initiatives visant à ouvrir le pouvoir sur la société civile. Décision phare de l’ancien président Dmitri Medvedev, la création du « Grand Gouvernement », instance consultative réunissant des experts, indépendamment de leurs préférences politiques.

Objectif: surmonter le fossé régulièrement constaté entre la sphère du pouvoir et la société, qui alimente le mécontentement. Le pouvoir compte ainsi court-circuiter la récupération de la grogne par les ténors de la place Bolotnaya, épicentre des manifestations d’opposition, qu’il s’agisse de figures nouvelles comme le blogueur anticorruption Alexeï Navalny, ou de revenants des années 1990 comme le politicien Boris Nemtsov.

En permettant aux internautes (très actifs dans les rangs de l’opposition) de peser sur les décisions touchant de près leur vie quotidienne, le pouvoir espère rompre avec l’image d’une oligarchie déconnectée des intérêts du peuple. On replacerait ainsi une Douma à la réputation écornée (en raison des fraudes de décembre 2011) au service de la population, sous la supervision d’un président toujours très populaire. L’idée de l’e-démocratie pourrait en outre s’avérer stratégique, l’opposition russe étant partiellement constituée de groupes d’intérêts apolitiques (investisseurs immobiliers floués, automobilistes mobilisés contre les gyrophares, personnes délogées).

Quelles perspectives pour la démocratie électronique? En cas de rodage réussi dans le cadre du débat sur la procuration automobile, des initiatives pourraient éclore dans différents domaines touchant de près le grand public. Il conviendra cependant de savoir si le processus restera une « promesse » électorale ou sera institué dans un cadre légal, ce qui n’est pas encore le cas, et si les « filtres » prévus (examen par le gouvernement) ne tueront pas dans l’œuf la quasi-totalité des propositions.

Percée démocratique ou pure démagogie? L’e-démocratie devra faire ses preuves et convaincre la société pour qu’elle ne se réduise pas à une décision virtuelle, vouée à rester cantonnée dans les limbes de la vie politique russe.

6 Commentaires

Classé dans Non classé